Edition 2011

Conférence: Réseau Social et Ecole - L'eau et le feu?



Constatant l’absence des réseaux sociaux dans l’enseignement et la réticence du milieu en général, quelques professeurs et instituteurs se sont lancés dans l’aventure : enseigner en utilisant ceux-ci.


Intervenants :
- Emmanuel Gunther, instituteur en Mathématiques, (11-15 ans)
- Laurence Juin professeur de Lettres, Histoire, Géo (16-22 ans)

Salle comble pour cette 2e conférence du pôle enseignement ce jour.

Constatant l’absence des réseaux sociaux dans l’enseignement et la réticence du milieu en général, quelques professeurs et instituteurs se sont lancés dans l’aventure : enseigner en utilisant ceux-ci.
« Ils fonctionnent en vase clos, ils n’ont pas envie d’être connectés »
La tendance du corps professoral est assez négative, ils ont l’habitude d’enseigner en classe fermée, ils peuvent ainsi mieux canaliser leurs élèves.



Pour Laurence, son système est bien en place, elle pratique Twitter avec ses élèves depuis 2 ans.
Elle ressentait le besoin d’identifier et d’éduquer au web2.0, en particulier les réseaux sociaux ; d’inciter à plus de communication en classe et hors classe entre les élèves et leur(s) professeur ;
Elle a donc choisit Twitter comme outil d’écriture, en insistant sur une expression écrite correcte ; un bon usage des mots-clés ; un travail du style ; et sur l’aspect ouverture sur le monde.

Pour Emmanuel, c’est plutôt l’aspect autonomie, ouverture à l’extérieur, liaison inter-écoles, et interaction entre les élèves d’âge différent.
Il a également interviewé un « expert en mathématiques » via Twitter, en live avec ses élèves. L’activité a connu un réel enthousiasme des élèves, qui recevaient un écho différent de celui de leur professeur habituel.

Redéfinir la pédagogie
« L’élève peut apporter quelque chose ! »

Développer l’usage des outils numériques, le travail collaboratif, l’envie d’écrire… autant de bénéfices qu’apportent ces outils 2.0 à la pédagogie, tout comme l’échange et le partage des informations sur un sujet traité en classe
Attention toutefois, c’est évident, à bien cadrer, user de gardes-fous pour ne pas tenter l’élève à dériver.

Pourquoi Twitter ? Ils associent Twitter à un espace de travail, mettent l’accent sur la conscientisation de l’identité numérique des élèves. L’année prochaine certains travailleront, attention aux recruteurs qui googlent ! Il est donc important pour eux d’avoir une e-Id correcte, car ils sont susceptibles d’être lus par le monde extérieur, et donc ressentent un sentiment de sérieux, de gratification , de valorisation,… d’où découle entre autres un effort orthographique.

Questions / Réponse avec le public :

1) Qu’en est-il des réactions des parents avant / après ?

- Parents peu présents (grands ados) : il faut expliquer car pour selon ceux-ci, leurs ados sont déjà trop présents sur internet à « jouer » sur Facebook. Après explication, les parents développent un intérêt pour le projet, certains ont même créé un compte Twitter ! encore une fois c bien réglementé.
De plus, à chaque rentrée scolaire les parents les parents sont informés du programme scolaire.
- Pour les plus petits : parents à rassurer avec force encadrement. Les petits enthousiastes réagissent parfois de façon imbécile, c’est l’occasion d’intervenir de façon éducative, de leur inculquer une leçon de vie.
- La génération des parents ne connait quasiment rien et a peur de l’inconnu.

2) Les smartphones en classe sont-ils autorisés ?

- Les élèves sont autorisés lorsque le réseau est indisponible, par exemple. Si un élève « chipote sur son Iphone mais que la prof ne voit rien sur son wall, elle intervient car il doit surement jouer au lieu de se concentrer sur je sujet en cours.
- Beaucoup d’élèves ont des smartphones dès 15 ans ! Obligation de le laisser sur la table pour un contrôle du professeur.

3) L’établissement a-t-il un compte Twitter?
- De plus en plus l’utilise comme fil d’actualité d’informations scolaires.
- Ça existe aussi en Belgique pour informer les parents, ca complète le papier traditionnel sous enveloppe et les e-mails.
- C’est juste un fil d’actualités pour informer les parents et élèves.

4) Quid de la vie privée pour le professeur ?
Ce n’est ni un chat ni 24/7, la communication est asynchrone. Sauf si urgence il y a, ex cathedra, les élèves attendront. Si le prof veut fermer son pc, libre à lui, hors heures de cours

L’approche est in fine pédagogique comme en classe traditionnelle. L’élève qui fait une faute est corrigé de façon à ce qu’il ose encore écrire.

Pour Web & Chocolate, Thomas Fernémont

Aller plus loin: NousVousIls.fr

Edition 2014 | Edition 2013 | Edition 2012 | Edition 2011 | Edition 2010 | Edition 2009 | Edition 2008 | Edition 2007 | Edition 2006 | Edition 2005 | Edition 2004 | Edition 2003