Edition 2010

Les jeunes off-line et la fracture numérique



Cette conférence s’articulera autour de la présentation de l’étude réalisée voici quelques mois par la Fondation Travail-Université pour le SPP Intégration sociale. Cette étude s’intéresse aux jeunes qui n’utilisent pas internet ou qui n’en ont qu’un usage très occasionnel ou très limité : les jeunes dits “off-line”.


Cette étude se focalise sur les jeunes de 16 à 25 ans, censés appartenir à la génération des “natifs numériques”, car c’est à la sortie de l’adolescence que les jeunes connaissent une série de transitions dans leur vie personnelle et deviennent progressivement concernés par les usages d’internet dans tous les domaines de la vie en société. Les jeunes off-line sont d’autant plus exposés à des risques de marginalisation ou d’exclusion qu’ils ne représentent qu’une minorité au sein de leur génération.

La question de la fracture numérique chez les jeunes est plus subtile et moins apparente que chez les adultes.

Les conclusions de cette étude sont nombreuses.

Notons-en seulement une à ce stade. L’expérience des jeunes sur internet poursuit principalement des objectifs de communication et de détente. Des usages tels que le multimédia numérique, la messagerie instantanée, les réseaux sociaux ont, pour la plupart d’entre eux et indépendamment de leur origine sociale ou de leur niveau d’instruction, une forte dimension identitaire.
Dans la sphère socioéconomique, par contre, ce sont d’autres usages qui sont mis en valeur, notamment l’utilisation de logiciels, la recherche et le traitement d’informations en ligne, les applications financières et commerciales, les services publics en ligne, etc. C’est à l’aune de ces usages qu’est habituellement évaluée l’intégration dans la société de l’information – et donc, en creux, les risques d’exclusion de la société de l’information. Le décalage entre l’univers des usages dominants des jeunes et les exigences de la sphère socioéconomique est donc parfois profond.

Intervenants

Périne Brotcorne, historienne et sociologue, est chargée de recherche à la Fondation Travail-Université (FTU). Elle participe à plusieurs projets de recherche sur les inégalités numériques et sur les aspects sociaux de la diffusion des TIC.

Luc Mertens, bibliothécaire et licencié en philosophie, a notamment fondé et présidé le VSNG (Vlaams Steunpunt Nieuwe Geletterdheid) et lancé la fête de l’internet en Flandre. Il est collaborateur scientifique à la FTU et est actif dans le monde de l’inclusion numérique en Flandre.

Edition 2014 | Edition 2013 | Edition 2012 | Edition 2011 | Edition 2010 | Edition 2009 | Edition 2008 | Edition 2007 | Edition 2006 | Edition 2005 | Edition 2004 | Edition 2003